Reptilia-area

L'hiver est propice aux ambiances magiques !
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Les couleuvres rayées de Narcisse (Thamnophis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
fauna.reptiles
nouvel(le) arrivant(e)
nouvel(le) arrivant(e)


Masculin Nombre de messages : 18
Age : 40
Localisation : fr - 33
Date d'inscription : 01/04/2007

MessageSujet: Les couleuvres rayées de Narcisse (Thamnophis)   Dim 15 Avr - 2:34

Citation :
Les couleuvres rayées de Narcisse - le conflit des sexes

REPORTAGE — 20 juin 2004

Le conflit des sexes chez les serpents de Narcisse

Les serpents rayés de Narcisse, au Manitoba, forment la plus importante colonie de reptiles au monde. Ils sont plus de 50000, et constituent une véritable mine d'or pour les biologistes qui viennent, chaque année, les étudier. Pour ceux qui s'intéressent à leur comportement reproducteur, c'est une chance inouïe de les observer dans leur habitat naturel.



-> Reportage vidéo ici <- (8min 13s)
Journaliste : Suzanne Druwé
Réalisateur : Denis Chamberland

Après un hiver long et rigoureux, les serpents jarretière à flancs rouges de la région de Narcisse se réveillent. Plusieurs dizaines de milliers d'entre eux émergent chaque printemps des fosses de calcaire désaffectées où ils ont hiverné.

Le biologiste Bob Mason, de l'Université de l'Oregon, étudie les serpents de Narcisse depuis une vingtaine d'années. Pour lui, les tanières manitobaines sont un endroit rêvé pour observer le comportement reproducteur et la physiologie de l'espèce.

« Mes collègues ailleurs dans le monde se comptent chanceux de voir quelques douzaines d'accouplements au cours de leur vie. Eh bien, ici, dans les tanières de Narcisse, au Manitoba, on peut en observer plusieurs centaines en une heure », explique Bob Mason.



Les serpents jarretière s'investissent énormément dans la reproduction. Les mâles veulent assurer la transmission de leurs gènes et les femelles cherchent à garantir la survie de leur progéniture.

Dès qu'elle émerge de la tanière, au printemps, la femelle émet une phéromone qui attire les mâles. Ils accourent de partout pour la courtiser. Une centaine d'entre eux s'accrochent à elle dans le but de copuler. La femelle profite de cette mêlée pour se réchauffer et retrouver ses forces. Mais elle risque aussi se faire écraser sous la masse.

Après une lutte acharnée, un des mâles réussit finalement à la féconder. Au cours de la copulation, il dégage une phéromone qui repousse les autres mâles. Puis il laisse un bouchon à sperme qui empêchera, pendant quelques jours, les autres mâles de féconder à leur tour la femelle.

La femelle peut maintenant quitter la tanière à la recherche de pâturages d'été, ou rester encore quelques jours afin de trouver un meilleur partenaire.

Si, dans la boule d'accouplement, tous les mâles ont une chance égale de s'accoupler, ce n'est pas le cas à l'extérieur de la tanière. En pleine possession de ses moyens, la femelle se faufile à vive allure. Seuls les mâles les plus costauds réussiront à l'attraper.

Cette stratégie de reproduction soulève plusieurs questions chez les scientifiques. Ils se demandent notamment comment la femelle sait qu'elle doit tenter une deuxième fécondation. Est-ce que le bouchon à sperme fournit des informations sur le géniteur ? Et surtout, comment ce modèle de reproduction contribue-t-il à l'évolution de l'espèce ?

Les chercheurs rapporteront plusieurs serpents en Oregon. À la fin de l'été, lorsque les femelles auront donné naissance à leurs petits, les scientifiques pourront mener des épreuves d'ADN pour vérifier la paternité des serpenteaux. Ils espèrent que ces recherches leur permettront de mieux comprendre les mécanismes de reproduction.



Émission du 13 avril 2005

Les serpents jarretière de la région de Narcisse se réveillent.



Les serpents jarretière s'investissent énormément dans la reproduction : les mâles, parce qu'ils veulent assurer la transmission de leurs gênes, les femelles pour garantir la survie de leur progéniture.

Quand ils émergent des tanières, les serpents sont faibles et vulnérables. Ils doivent s'activer rapidement pour échapper aux prédateurs.

Les mâles sortent en premier. La chaleur du printemps les ranime. Les femelles, plus corpulentes que les mâles, apparaissent à leur tour, couvertes de boue et léthargiques. Elles émettent aussitôt une phéromone pour attirer les mâles. Ils accourent de partout pour la courtiser. Au moment de la copulation, ils émettent une phéromone, qui repousse les autres mâles. À la fin de l'été, les femelles donneront naissance à leurs petits.


Source du document: http://radio-canada.ca/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://boidae.forumpro.fr
Noth'
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 1188
Age : 28
Localisation : La tête dans les nuages.
Date d'inscription : 31/03/2007

MessageSujet: Re: Les couleuvres rayées de Narcisse (Thamnophis)   Dim 15 Avr - 10:00

Ooooo J'avais vu une emission qui faisait une petite allusion...contre nature je crois.

Impressionant !!

Il n'y avait pas une histoire de mâle qui pouvait se faire passer pour une femelle aussi ???

_________________
Devenir animal, c'est se libérer de la souffrance d'être un homme.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.terrimage.com
 
Les couleuvres rayées de Narcisse (Thamnophis)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pleins de couleuvres rayées
» ma Thamnophis sirtalis pallidula :)
» [Fiche] Thamnophis sauritus
» le graphosome rayé
» vitre aquarium rayée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Reptilia-area :: Observations en milieu naturel :: Reptiles-
Sauter vers: